ANNE CARON DE LA BRÛLERIE CARON A PARIS

ÉLUE MEILLEURE TORRÉFACTRICE DE FRANCE 2017

Dimanche 17 septembre, huit torréfacteurs venus de la France entière, se sont affrontés pour décrocher le titre, à l’issu de 4h d’épreuves théoriques et pratiques :
- Dégustation à l’aveugle de six cafés (dîtes « cupping » en caféologie)
- Torréfaction sur des machines de 5kg avec six origines au choix Identification de 15 cafés verts (origine, variété, traitement)
- Questionnaire de culture générale autour du café Anne Caron s’est démarquée des huit autres candidats avec un score de 65,38 accordé par le jury de professionnels.

Lors de l’épreuve pratique, elle a choisi d’assembler deux cafés d’Éthiopie de la région du Wallaga, issus de plantations éloignées de 50km ; Deux cafés qui ont évolué au gré de conditions météorologiques et géographiques proches, mais dont le traitement a été différent lors de la séparation du grain et du fruit : l’un est nature tandis que l’autre est lavé. Les deux réunis offrent un assemblage particulièrement équilibré, entre d’une part le caractère floral et la belle vivacité du Moka lavé et les notes de fruits rouges et la douceur du Moka nature.

Fille de torréfacteurs, Anne est née dans le café. Alors même qu’elle suit une formation de biologiste et débute sa carrière dans la recherche et le conseil en qualité dans le secteur de l’agro-alimentaire, elle ne s’éloigne jamais bien loin de cet univers qu’elle connaît par cœur. C’est en remplaçant inopinément et au pied levé un employé souffrant, qu’elle torréfie pour la première fois. Dès lors, elle se prend au jeu et de passion pour cette réaction de Maillard appliquée au fameux grain de café vert, qu’elle perfectionne en permanence, au gré des avancées de la profession. Anne le dit d’ailleurs tout net, elle ne cesse de se perfectionner et de créer des assemblages qui viendront compléter l’incontournable blend signature de la maison, imaginé par son père (Sylvain Caron, Meilleur Torréfacteur de France en 2011). Elle aborde son métier comme le ferait un maître de chai ou un chef d’orchestre, tentant de révéler les typicités du grain et de les équilibrer entre elles, en recherchant l’harmonie. ElIe s’implique de plus en plus dans le café, jusqu’à s’y consacrer à plein temps en reprenant le flambeau de l’affaire familiale en 2005. Elle est aujourd’hui à la tête de trois boutiques, à Paris dans le 3e arrondissement (Brûlerie Caron), au Havre (Cafés Duchossoy) et à Rouen (Café Jeanne d’Arc) et d’un atelier de torréfaction. Elle s’attache à développer chacune de ses adresses, tout en préservant ce qui fait les spécifités de chacune d’entre elles.

Partager :